THÉÂTRE

La crise commence où finit le langage

Éric Chauvier / Olivier Balazuc

Création 2013 Collectif artistique

© Jean-Louis Fernandez

Un théâtre d’urgence, frondeur et ludique, qui met la crise en crise…

« Crise économique, structurelle, civilisationnelle, écologique, systémique. Crise de nerfs, crise de l’adolescence, crise de la quarantaine, crise immobilière, crise mondiale. La litanie des maux qui nous assaillent sous ce dénominatif commun de crise est si vaste, si menaçante que, devant l’imminence de la chute, nous semblons seulement pouvoir espérer survivre, comme si le combat était perdu d’avance… Un chef-d’œuvre de scénario catastrophe hollywoodien.
Or le premier symptôme de crise n’est-il pas dans l’impossibilité même de nommer le problème ? C’est la théorie d’Éric Chauvier, anthropologue décapant, qui, reprenant à son compte l’aphorisme de Wittgenstein – « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire » –, tente dans ses textes d’appréhender la crise comme une crise culturelle, et plus précisément comme une crise du langage. Inspiré de La Crise commence où finit le langage et Que du bonheur, le spectacle met en jeu la crise sous l’angle intime du couple et général du rapport au monde : un couple traversé par le monde, le monde incarné à l’échelle du couple, le corps intime devenant métaphore du corps social et réciproquement. Deux comédiens, un homme et une femme, et un musicien-régisseur, dans un espace qui tiendrait du laboratoire autant que du cabaret. Pour un théâtre d’urgence, frondeur et ludique, épique et joyeux, qui refuse le fatalisme et le catastrophisme ambiant en se revendiquant d’un gai savoir : mettre la crise en crise…
Et si ce qu’on appelle aujourd’hui la crise était une donnée constitutive du vivant ? »
Olivier Balazuc

DISTRIBUTION


D’après La Crise commence où finit le langage et Que du bonheur d’Éric Chauvier (éditions Allia)
Adaptation, mise en scène, scénographie et lumières Olivier Balazuc
Jeu Olivier Balazuc, Valérie Kéruzoré
Musicien Benjamin Ritter
Concepteur sonore et assistant à la mise en scène Thomas Matalou
Conseil chorégraphique Thierry Thieû Niang
Conseil à la scénographie Marc Lainé
Avec la complicité artistique de Guesch Patti
Régie générale et jeu Antoine Marseille

Un spectacle de La Jolie Pourpoise
Production La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche