Le collectif artistique

Le Collectif artistique de La Comédie de Valence, une innovante coopérative de production

Dans le domaine de la création, un nouveau modèle est possible : il ne transige pas avec l’exigence artistique mais il active les moyens publics plutôt que de les consommer. Le modèle redistributif transposé des administrations aux institutions ne peut survivre à la baisse des financements publics. Une véritable dynamique de production artistique publique, comportant sa part de risque entrepreneurial mais distincte des logiques du secteur privé, peut lui succéder. La vitalité créative de la jeune scène française le permet et nous oblige.

Fondé en 2010 par Richard Brunel à son arrivée à la direction de La Comédie de Valence Centre dramatique national Drôme Ardèche, le Collectif artistique réunit des artistes engagés dans des créations et porteurs de projet : Samuel Achache, Olivier Balazuc, Mathurin Bolze, Jeanne Candel, Angélique Clairand, Caroline Guiela Nguyen, Lancelot Hamelin, Norah Krief, Éric Massé ou Thierry Thieû Niang l’ont animé ou en sont membres aujourd’hui. Dans ce cadre, individuellement ou collectivement, plus de 60 créations ont vu le jour.

Elles ont été très largement diffusées à Paris et dans le reste de la France et le sont de plus en plus à l’international. La Comédie de Valence accompagne les artistes dans leur structuration, notamment en production et diffusion sur les réseaux nationaux comme internationaux.

Cette année, les compagnies de quatre membres du Collectif ont été labellisées « compagnie à rayonnement national ou international » par le ministère de la culture : Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen, La vie brève /  Samuel Achache et Jeanne Candel, MPTA / Mathurin Bolze.

Le Collectif artistique de La Comédie de Valence apparaît comme un moyen de maintenir et de développer la création et l’emploi artistique. En 2015, alors que ses financements publics ont commencé à baisser, les recettes propres de la Comédie de Valence ont, pour la première fois de son histoire, dépassé la subvention de l’État. Une dynamique d’emploi forte y est associée puisque 14 équivalents temps plein ont été créés. 

Coopérative destinée à la production d’œuvres de façon mutualisée, le Collectif favorise la mobilisation et le partage des moyens de production (financiers, matériels, humain) pour poursuivre et développer l’activité de création de ses membres. C’est une entité solidaire : les artistes partagent les moyens de production de La Comédie de Valence et une partie de leurs propres moyens de de production. Le Centre Dramatique peut ainsi financer la production des créations au-delà de ce que lui permettent les subventions de fonctionnement.

 En 2015, le fonctionnement innovant du Collectif artistique a permis à La Comédie de Valence de figurer parmi « les 50 entreprises françaises d’économie sociale et solidaire « qui ont de l’audace »

LES MEMBRES DU COLLECTIF ARTISTIQUE

Richard Brunel

Metteur en scène

Après sa formation d'acteur à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, il crée en 1993, avec un collectif, la Compagnie Anonyme, dont il devient le metteur en scène en 1995. Basée en Rhône-Alpes, la compagnie est en résidence au Théâtre de la Renaissance à Oullins de 1999 à 2002. Parallèlement, il poursuit sa formation auprès de Bob Wilson, Krystian Lupa, Alain Françon et Peter Stein. De 2004 à 2007, il est artiste associé au Théâtre de la Manufacture à Nancy.

En 2010, il est nommé directeur de La Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche.

Metteur en scène, ses projets de théâtre abordent le répertoire (Cyril Tourneur, Bertolt Brecht, Henrik Ibsen, Odon von Horvath, Eugène Labiche), les écritures contemporaines (Peter Handke, Pauline Sales, Lioubomir Simovic), des adaptations de textes littéraires (Franz Kafka, Mikhaïl Boulgakov, Guy de Maupassant) des correspondances (Pier Paolo Pasolini, Anaïs Nin, Jacques Copeau, Hunter S Thompson) ou encore des textes philosophiques (Gilles Deleuze), des textes poétiques (Maurice Blanchot, Jean Genet, Antonin Artaud) et scientifiques (Oliver Sacks).

En 2011, il a mis en scène Les Criminels de Ferdinand Bruckner, spectacle qui a obtenu le prix Georges Lherminier du Syndicat de la critique.

À l’opéra, il a mis en scène Kurt Weill (2006), Franz-Joseph Haydn (2008), Philip Glass (2009), Benjamin Britten (2009), Léo Delibes (2010), Gaetano Donizetti (2011), la création mondiale Re Orso de Marco Stroppa à l’Opéra Comique (2012), Mozart (Les Noces de Figaro, Festival d’Aix-en-Provence 2012), Francis Poulenc (Dialogues des Carmélites, 2015) et à La Comédie de Valence et l’Opéra de Lyon, Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullmann (2012, repris en 2016). Il crée en 2016 Le Trouvère de Verdi à l’Opéra de Lille et Béatrice et Bénédict de Berlioz à La Monnaie à Bruxelles.

En 2013, il crée Le Silence du Walhalla avec le Collectif artistique de La Comédie de Valence et Avant que j’oublie de Vanessa Van Durme, spectacle pour lequel elIe est désignée Meilleure comédienne par le Syndicat de la critique. En 2014, il crée La Dispute de Marivaux, le premier épisode de Docteur Camiski ou l’esprit du sexe de Fabrice Melquiot et Pauline Sales, Les Sonnets de Shakespeare avec Norah Krief et la lecture de L’Odeur des planches de Samira Sedira avec Sandrine Bonnaire – dont la version spectacle sera créée l’année suivante. En 2015, il met en espace En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis et crée à l’automne Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès.

Il créera lors de la 7e édition d’Ambivalences fin mai 2017 Dîner en ville de Christine Angot et Pas encore imaginé avec Samuel Achache et Mathurin Bolze.

En janvier 2014, il a été fait Chevalier des Arts et des lettres.

À La Comédie de Valence

Les créations extérieures

Gaëlle Bourges

Chorégraphe

Après des études de lettres modernes puis d’anglais et de nombreuses années de danse classique, modern’ jazz, claquettes et contemporaine, Gaëlle Bourges crée plusieurs structures de travail (compagnie du K, Groupe Raoul Batz) pour signer ses premiers travaux. En 2005 elle co-fonde, avec deux amies rencontrées à l’université Paris VIII, l’association Os, qui soutient toutes ses pièces depuis. Le triptyque Vider Vénus, composé de Je baise les yeux, La belle indifférence et Le verrou (figure de fantaisie attribuée à tort à Fragonard) prolonge un travail de dissection du regard sur l’histoire des représentations dans les beaux-arts déjà entamé avec le Groupe Raoul Batz, et largement nourri entre 2006 et 2009 par un emploi de stripteaseuse au sein d’un théâtre érotique. Suivent encore En découdre (un rêve grec), Un beau raté, 59, A mon seul désir (programmé au festival d’Avignon 2015), Lascaux, Front contre Front, Vers 1836, Incidence 1327, Revoir Lascaux, Le bain…

Gaëlle Bourges a également suivi une formation en commedia dell’arte, clown et art dramatique, a enseigné la comédie musicale et le théâtre, travaillé en tant que régisseuse plateau ou encore comme chanteuse dans différentes formations plus ou moins abouties. Elle est diplômée de l’université Paris VIII « Arts du spectacle - mention danse » (2001) ; en « Education somatique par le mouvement » - Ecole de Body-Mind Centering (2005) ; et intervient sur des questions théoriques en danse de façon ponctuelle.

 

À LA COMÉDIE DE VALENCE

Julien Guyomard

Auteur - Metteur en scène

Auteur et metteur en scène, Julien Guyomard suit une formation au conservatoire du 5e arrondissement de Paris avec Bruno Wacrenier. Il créé sa compagnie en 2004, Scena Nostra. Entre 2006 et 2008, il écrit et crée Car ceci est mon vin au Théâtre de la Jonquière puis à Avignon au Théâtre du Funambule. Il écrit Les Egéries, mis en scène par Julie Cordier et L’Ordalie des petites gens une commande de la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs co-mis en scène avec Bruno Wacrenier. Sur cette période, il s'investit  également auprès de publics dits "empêchés" (enfants atteints de handicap, jeunes de quartiers en recherche d'emploi, détenus…) en créant des projets avec des partenaires locaux (mission locale, accueil de jour pour SDF, maison d'arrêt, collèges…). De 2010 à 2013, il monte Naissance, pièce jouée notamment au Théâtre de Vanves puis au TGP à Saint-Denis. Il participe au Festival de Villeréal et invente le concept des Brèves, saynètes courtes écrites et montées dans l'urgence, issues des anecdotes tirées d'un territoire. En 2014, on lui confie la direction artistique du Scenoscope 8 au T2G à Gennevilliers, événement porté par l’association Equip'Arts. En 2015, il développe un projet intitulé Immersion, projets de territoire à Gennevilliers avec une dizaine d'artistes et de nombreux partenaires (ARCADI, DRAC, CG92, Ville de Gennevilliers…) créant de nombreuses  formes "hors les murs".  Il est  résident au Théâtre l'Avant-Seine de Colombes pour la saison 17/18 et fait parti du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis juin 2017. En novembre 2017, il créera Syndrome U à La Comédie de Valence. 

À LA COMÉDIE DE VALENCE

Lucie Rébéré

Comédienne - Metteure en scène

Lucie Rébéré commence son parcours théâtral en hypokhâgne-khâgne avec la dramaturge Catherine Nicolas puis au cours Myriade en tant qu’élève comédienne avant d’y être professeure assistante sous la direction de Georges Montillier. Elle intègre en 2009 le conservatoire du 5e arrondissement de Paris dirigé par Bruno Wacrenier qui lui confie la mise en scène des Acteurs de Bonne foi de Marivaux. En 2011, elle met en scène Valse, un texte de Julie Rossello - Rochet. En 2011 elle intègre la classe d’interprétation de Sandy Ouvrier au CNSAD en tant qu’auditrice metteure en scène et collabore en 2012 avec Guillaume Fulconis et le Ring théâtre. Elle met en scène deux nouvelles pièces de Julie Rossello - Rochet : En 2012, Duo, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche (Pina Bausch et Merce Cunningham), soutenu par le Centre National de la Danse de Paris, texte qui reçoit l’aide à la création du CNT et en 2013, Du Sang sur les Roses, spectacle finaliste Paris Jeunes Talents qui se jouera à l’Espace 44 scène découverte Lyon, au Théâtre Kantor de Lyon puis au Théâtre Confluences à Paris. En 2014, elle fonde la compagnie LA MAISON avec Julie Rossello - Rochet. Parallèlement, elle joue dans plusieurs films pour le cinéma et la télévision.

En 2016 dans le cadre du projet des controverses sur le thème du harcèlement La Comédie de Valence a passé une commande de texte à Julie Rosselo-Rocher et mis en scène par Lucie Rébéré.

 

 

 

À LA COMÉDIE DE VALENCE

Les anciens membres

DE 2010 à 2016

Fondé en 2010 à l'arrivée de Richard Brunel, le mouvement du Collectif artistique répond au mouvement du projet de La Comédie de Valence. Tel invité du Collectif en devient membre, tel membre poursuit sa route en compagnon du nouveau Collectif... Bref, ouvert, fertile, vital, reconnaissant et attentif, le collectif de La Comédie se renouvelle dans la fidélité.

Ils en ont fait partie :

  • Olivier Balazuc (2010 – 2014)
  • Angélique Clairand (2010 – 2014)
  • Lancelot Hamelin (2010 – 2016)
  • Séverine Magois ( 2010 – 2014)
  • Thierry Thieû Niang (2010 – 2013)

Samuel Achache

Comédien, metteur en scène

Il se forme au Conservatoire du Ve arrondissement avec Bruno Wacrenier puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique dans les classes de Dominique Valadié, Nada Strancar, Muriel Mayette, Arpád Schilling, Philippe Adrien, Alain Françon, Mario Gonzales... Au cours de sa formation, il joue dans les mises en scène de Raphaëlle Bouchard et Thomas Quillardet – Une visite inopportune de Copi –, Samuel Vittoz - Des couteaux dans les poules de David Harrower –, Olivier Coulon-Jablonka – Calderon de Pier Paolo Pasolini –, Jeanne Candel - Icare, création de danse.

Au théâtre, il joue dans les mises en scène de Sébastien Davis – Thyeste 1947 d’après Sénèque –, Sylvain Creuzevault avec la compagnie d’Ores et déjà – Baal de Bertolt Brecht, Le Père Tralalère, Notre Terreur –, Antoine Cegarra avec la compagnie d’Ores et déjà – Wald –, Arpàd Shilling Père courage –, Vincent Macaigne – Au moins j’aurai laissé un beau cadavre d’après Hamlet de Shakespeare –, Arthur Igual – Le Sacre du printemps de Stravinsky.
Il danse dans L’Imprudence, chorégraphie d’Isabelle Catalan, en 2007.

Au cinéma, il joue en 2006 dans Ti amo, court métrage de Franco Lolli, en 2008 dans Le Hérisson, long métrage de Mona Achache et en 2009 dans Carlos, long métrage d’Olivier Assayas.

En 2013 il met en scène avec Jeanne Candel Le Crocodile Trompeur / Didon et Enée, théâtre-opéra d’après Henry Purcell créé à La Comédie de Valence, puis au théâtre des Bouffes du Nord, qui reçoit l’année suivante le Molière du spectacle musical. Pour la cinquième édition d’Ambivalence(s), il crée en mai 2015 Fugue avec le collectif  La vie brève, qu’il présente ensuite au Cloître des Célestins lors de la 69e édition du Festival d’Avignon. En janvier 2017, il retrouvera Jeanne Candel pour créer à La Comédie de Valence Orfeo - Je suis mort en Arcadie autour de L'Orfeo de Monteverdi et d’autres matériaux.

Il est membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2014. Il est par ailleurs artiste associé au théâtre des Bouffes du Nord, au théâtre Garonne à Toulouse, et sera prochainement associé à l’Opéra Comique.

à La Comédie de valence

Jeanne Candel

Comédienne, metteure en scène

En 2002, Jeanne Candel entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique où elle travaille avec Andrzej Seweryn, Joël Jouanneau, Muriel Mayette, Philippe Adrien, Mario Gonzalès et Arpàd Schilling. Elle met en scène Icare, une création itinérante entre le théâtre et la danse au CNSAD en 2004. En 2005, elle danse au sein de la Cie AZAR dans L’Imprudence (Isabelle Catalan). De 2006 à 2009, elle travaille régulièrement avec le Kretakör d’Arpàd Schilling avec qui elle crée quatre spectacles.

Elle joue au cinéma dans les films de Michael Hers (Primrose Hill, Montparnasse, Memory Lane). José Alfarroba l’invite en résidence au Théâtre de Vanves pour créer et écrire avec les acteurs de La vie brève, le collectif qu’elle a créé en 2008, Robert Plankett (Artdanthé 2010) et lui propose de coordonner Montre-moi ta Pina, une soirée dédiée à Pina Bausch (janvier 2010).

Durant l’été 2010, elle met en scène sa deuxième création, Nous brûlons, une histoire cubiste avec La vie brève dans le cadre d’Un festival à Villeréal. En novembre 2010, avec Thomas Quillardet, elle met en scène Villégiature au CDN de Limoges. En juillet 2012, elle met en scène Some kind of monster sur un terrain de tennis dans le cadre d’Un festival à Villeréal.

En 2013, elle met en scène avec Samuel Achache Le Crocodile Trompeur / Didon et Enée, théâtre-opéra d’après Henry Purcell créé à La Comédie de Valence, puis au théâtre des Bouffes du Nord, qui reçoit l’année suivante le Molière du spectacle musical. En 2014, elle crée à La Comédie de Valence Le goût du faux et autres chansons, spectacle qui sera ensuite programmé à la Cité internationale dans le cadre du Festival d’Automne. Pour la cinquième édition d’Ambivalence(s) en mai 2015, elle présente avec Lionel Dray Dieu et sa maman, une performance pour et dans l’église Notre-Dame-de-Soyons à Valence.

En mars 2016, sur une proposition de l’Opéra de Lyon, Jeanne Candel mettra en scène son premier opéra, Brundibár d’Hans Krása, une œuvre lyrique pour enfants qui sera présentée à La Comédie de Valence puis au Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon. En janvier 2017, elle retrouvera Samuel Achache pour créer à La Comédie de Valence Orfeo - Je suis mort en Arcadie autour de L'Orfeo de Monteverdi et d’autres matériaux.

Membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2014, Jeanne Candel est également artiste associée au Théâtre de la Cité et au théâtre Garonne avec La vie brève.

À LA COMÉDIE DE VALENCE 

Norah Krief

Comédienne, chanteuse

Comédienne, Norah Krief travaille avec Philippe Minyana, François Rancillac, Éric Lacascade, Guy Alloucherie, Florence Giorgetti, Jean-François Sivadier, David Lescot, Valère Novarina.

En 2005, elle obtient le Molière du meilleur second rôle pour Hedda Gabbler mis en scène par Éric Lacascade. Elle sera encore nommée aux Molières en 2008 et 2010.

Norah Krief découvre le plaisir de chanter en croisant la route de Yann-Joël Collin pour la création au Festival d’Avignon du Henri IV de Shakespeare. Dès lors, le chant occupera une place aussi importante que celle du théâtre. Elle constitue un groupe de musiciens (un bassiste, un batteur/accordéoniste, un pianiste-compositeur - Frédéric Fresson) groupe avec lequel elle réalise le disque Les Sonnets d’après Shakespeare, aboutissement d’une tournée de cent vingt représentations, dont le festival d’Avignon et le Théâtre de la Ville (2002 – 2004). Lorsque son chemin croise celui de François Morel, elle lui propose de lui écrire des chansons qui lui ressemblent. De cette collaboration naîtra La Tête ailleurs (2004–2006), deuxième récital et deuxième disque avec ses fidèles musiciens.

Membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2010, elle participe aux créations du Collectif. En 2014, elle crée une nouvelle version des Sonnets de Shakespeare sous la direction artistique de Richard Brunel au Théâtre de la Bastille actuellement en tournée. Elle est également en tournée avec Le Malade imaginaire mis en scène par Michel Didym, Revue rouge sous la direction artistique d’Éric Lacascade et Phèdre(s) mis en scène par Krzysztof Warlikowski, créé à l’Odéon, Théâtre de l’Europe.

En 2017 elle créera Al Atlal, d'après le poème d'Ibrahim Nagi chanté par Oum Kalsoum au Festival Passages et au Festival Ambivalence(s).

 

 

à La Comédie de Valence

Julie Rossello-Rochet

Autrice

Diplômée de l’ENSATT et doctorante à l’ENS-Lyon, Julie Rossello-Rochet a écrit une dizaine de textes mis en ondes sur France Culture, en espace ou en scène par des réalisateurs ou metteurs en scène tels qu’Émilie Valantin, Éloi Recoing, Guillaume Fulconis, Jacques Taroni, Bl a n d i n e Masson, Alexandre Plank, Fabrice Gorgerat, Michel Didym, Sacha Todorov, Lucie Rébéré, Christian Taponard, Julie Guichard... Parmi eux : DUO, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche, lauréat du CNT, sélectionné par le bureau des lecteurs de la Comédie Française, par France Culture, par la Mousson d’été, par le TAPS Strasbourg est publié aux éditions L’entretemps (2014) et joué à Théâtre du Poche à Genève, CROSS, chant des collèges , lauréat des Journées des auteurs de Lyon, est publié aux éditions théâtrales (2017) et mis en scène à la Comédie de Valence et PART-DIEU , chant de gare, lauréat du concours des Maison Mainou « Avoir 20 ans », fondation Aubert-Tournier, joué au festival « En ActeS ». Elle a été dramaturge sur plusieurs spectacles de Mathieu Bertholet, en Suisse romande. Elle a collaboré au journal Mouvement et participé à la revue Le Bruit du Monde. Elle accompagne des étudiants dans des écoles supérieures d’arts de la scène (ENSATT, La Manufacture, Académie de Théâtre de Shanghaï...), et mène des ateliers d’écriture dans des établissements scolaires. Elle a aussi écrit des poèmes publiés sous pseudonyme, des carnets de voyage et une nouvelle. 

En 2016 dans le cadre du projet des controverses sur le thème du harcèlement La Comédie de Valence a passé une commande de texte à Julie Rosselo-Rocher et mis en scène par Lucie Rébéré. 

À LA COMÉDIE DE VALENCE

Mathurin Bolze

Artiste de cirque, chorégraphe

Mathurin Bolze s'initie au spectacle avec le metteur en scène Jean-Paul Delore et le cirque Archaos avant d'intégrer le Centre National des Arts du Cirque. À sa sortie, il rejoint le collectif de cirque Anomalie et collabore régulièrement avec les chorégraphes François Verret et Kitsou Dubois.

En 2001, il fonde la Compagnie Mpta au sein de laquelle il crée La Cabane aux fenêtres (2001), Fenêtres (2002), Tangentes (2005), Ali avec Hèdi Thabet (2008), Du goudron et des plumes (2010), utoPistes avec le collectif Xy (2011) et À bas bruit (2012).

Il est par ailleurs regard extérieur de la création Singularités ordinaires du GdRA, de Deux hommes jonglaient dans leurs têtes de Jérôme Thomas et Roland Auzet, et de Samedi détente de Dorothée Munyaneza.

En 2009, il reçoit le prix Arts du cirque de la SACD.

En 2011, il reprend le spectacle Cavale de et avec Yoann Bourgeois.

En 2013, il répond à l'invitation des frères Thabet et participe à la création de Nous sommes pareils à ces crapauds qui dans l'austère nuit des marais s'appellent et ne se voient pas, ployant à leur cri d'amour toute la fatalité de l'univers.

En 2015, le Musée Picasso à Paris lui confie une carte blanche. Il crée la même année Ninet’InfernO, en duo avec Pascal Greggory, mis en scène par Roland Auzet.

Il intervient régulièrement au CNAC, à I'ENSATT, au CNR et à l'École de cirque de Lyon.

Membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2014, il y a présenté Du goudron et des plumes, Ali et Nous sommes pareils…

Pour Ambivalence(s) 2015, il crée un parcours poétique dans les rues de Valence, Promenons-nous dans l’émoi, en compagnie de Jorg Müller et Noémi Boutin. En 2015-2016 il présente à La Comédie pour la première fois en France la reprise de Fenêtres par Karim Messaoudi et sa nouvelle création, Barons perchés, en duo avec Karim.
Juan Ignacio Tula et Stefan Kinsman qu’il accompagne y créent leur premier spectacle, Somnium.

Ambivalence(s) 2016 accueille la 3e édition du festival utoPistes avec Ici ou là, maintenant ou jamais, une création in situ de Mathurin Bolze, Christian Lucas et le Cheptel Aleïkoum.

à La Comédie de valence

Caroline Guiela Nguyen

Metteure en scène

D’abord étudiante en sociologie, elle intègre en 2006 l’école du Théâtre national de Strasbourg, dirigé par Stéphane Braunschweig, comme élève en section mise en scène.

Elle fonde en 2008 Les Hommes Approximatifs, compagnie implantée à Valence et qui réunit Alice Duchange (scénographe), Benjamin Moreau (costumier), Jérémie Papin (créateur lumière), Mariette Navarro (auteure), Antoine Richard (créateur sonore) et Claire Calvi (collaboratrice artistique). Avec la compagnie, elle signe 8 créations. Elle présente Andromaque (Ruines) d’après Racine, en 2007 ; Macbeth (Inquiétudes) d’après Shakespeare, Kadaré et Müller, en 2008 ; Tout doucement je referme la porte sur le monde d’après le journal intime d’Anaïs Nin, également en 2008.

À La Comédie de Valence, elle crée avec la compagnie Se souvenir de Violetta (2011), Elle brûle (2013) et Le Chagrin (2015). Elle y a également créé Ses mains, quatre micro fictions autour de l’infanticide.

Dans le cadre du festival Ambivalence(s), Caroline Guiela Nguyen et Les Hommes Approximatifs ont créé Le Bal d’Emma à Montélier en mai 2012, GirlNextDoor à Valence en 2014 et Mon grand amour en 2016, première étape du prochain projet de la compagnie, Saigon.

En 2017 elle créera Saigon au Festival Ambivalence(s) et au 70e Festival d'Avignon

Caroline Guiela Nguyen donne régulièrement des stages, notamment avec les étudiants de l’École de la Comédie de Saint-Étienne ou avec le public de La Comédie de Valence.

Membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2014, elle est artiste associée à La Colline – théâtre national, au Théâtre Olympia, Centre dramatique régional de Tours et à la MC2: Grenoble.

à La COmédie de Valence

  • Se souvenir de Violetta
    Dumas fils / Caroline Masini / Caroline Guiela Nguyen
  • Ses mains
    Caroline Guiela Nguyen / L'équipée 
  • Le Bal d'Emma
    Mariette Navarro / Caroline Guiela Nguyen
  • GirlNextDoor (psaumes électro-érotiques)
    Lancelot Hamelin / Les Hommes Approximatifs
  • Elle brûle
    Les Hommes Approximatifs / Mariette Navarro / Caroline Guiela Nguyen
  • Le Chagrin
    Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen
  • Mon grand amour
    Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen
  • Saigon
    Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen

Éric Massé

Comédien, metteur en scene

Après une formation d’acteur au CNR de Bordeaux et à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Éric Massé joue dans les créations d’Agnès Coisnay, Dusan Jovanovic, Hervé Dartiguelongue, Sophie Le Garroy, Eva Doumbia, D’ de Kabal, Richard Brunel, Nathalie Veuillet et du collectif des Bouffons de Luxe. Parallèlement il intègre l’Unité Nomade de Formation à la Mise en Scène au CNSAD de Paris et poursuit un parcours de metteur en scène avec sa compagnie basée à Saint-Étienne : Les Lumas.

Éric Massé est lauréat 2010 du programme « Villa Médicis Hors les Murs » de CulturesFrance.
Au fil des saisons ses projets ont été principalement soutenus par La Comédie de Valence, la Comédie de Saint-Étienne, la Scène Nationale 61, les Célestins - Théâtre de Lyon, Les Subsistances, le Théâtre de la Renaissance, la Comédie de Clermont-Ferrand, le Théâtre de Villefranche-sur-Saône, le CDN de Montreuil, la Scène nationale de Macon, l’Espace culturel de St-Genis-Laval, les Scènes du Jura, le Théâtre d’Aurillac, Le Théâtre de Cusset, le Dôme théâtre d’Albertville, le TNN, la Scène nationale de Blois, l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix.

Éric Massé poursuit particulièrement son travail d’acteur et de metteur en scène auprès de deux lieux aux territoires très différents : la Scène nationale 61 dont il intègre le collectif artistique en 2013 et La Comédie de Valence.

Membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence depuis 2010, Éric Massé a participé à de nombreux projets artistiques de La Comédie.
Comme comédien, il joue dans Une chambre en ville du Collectif artistique, Opus 1 & 2 (2011 et 2012), Le Silence du Walhalla d’Olivier Balazuc (2013), Docteur Camiski ou l’esprit du sexe, épisode 1 de Fabrice Melquiot et Pauline Sales.
Il y a mis en scène Macbeth (2010), Club Mythos (2011), Mythomanies urbaines (2011), Les Bonnes (2012), Femme verticale (2013), Malentendus (2015) qui reçoit le prix Ambivalence(s)- SACD. En 2016 il crée Les mots qu'on ne me dit pas de Véronique Poulain, et présente Tartuffe, nouvelle ère et Light Spirit.

A LA COMÉDIE DE VALENCE

  • Macbeth
    Shakespeare / Éric Massé
  • Mythomanies urbaines
    Lancelot Hamelin / Éric Massé
  • Les Bonnes
    Jean Genet / Éric Massé
  • Une chambre en ville (opus 1)
    Une proposition du Collectif artistique de la Comédie de Valence
  • Tribune 1 (La paix a ses chances)
    Jean Jaurès, Yitzhak Rabin, Leymah Gbowee... / Le Collectif artistique et Hélène Delavault
  • Tribune 2 (En un mot je rêve)
    Vàclav Havel, Martin Luther King, Elie Wiesel... / Le Collectif artistique et Pio Marmaï
  • Tribune 3 (La culture c'est la règle, l'art c'est l'exception) 
    Victor Hugo, André Malraux, Charles de Gaulle, Jack Ralite... / Le Collectif artistique et Guesch Patti
  • Tribune 4 (Une femme est une femme) 
    George Sand, Olympe de Gouges, Élisabeth Guigou… / Le Collectif artistique et Ariane Ascaride 
  • Une chambre en ville (opus 2)
    Une proposition du Collectif artistique de la Comédie de Valence
  • Une chambre en ville (opus 3) 
    Olivier Balazuc / Alice Birch / Richard Brunel / Angélique Clairand / Sheng Keyi / Séverine Magois / Marie Nimier / Laura Ruohonen
  • Femme verticale
    Simone Veil, Nancy Huston, Virginie Despentes… / Éric Massé
  • Le Silence du Walhalla 
    Olivier Balazuc / Richard Brunel
  • Malentendus
    Bertrand Leclair / Éric Massé
  • Les mots qu'on ne me dit pas
    Véronique Poulain / Éric Massé
  • Tartuffe, nouvelle ère
    Molière / Éric Massé
  • Light Spirit
    Voltaire, Sade... Éric Massé
  • Mujer vertical
    Alejandra Borrero, Manuel Orjuela, Florence Thomas, Éric Massé

    Alejandra Borrero, Manuel Orjuela, Florence Thomas, Éric Massé

    !�

 

Catherine Ailloud-Nicolas

Dramaturge

Membre du Collectif artistique depuis 2010, Catherine Ailloud-Nicolas est universitaire et dramaturge. Maître de conférences à l’Université Lyon 1 (IUFM), elle enseigne aussi au Conservatoire de Lyon. Titulaire d’une thèse sur Marivaux, membre de l’UMR LIRE, elle est spécialiste du théâtre du XVIIIe siècle. Dramaturge depuis 2005, elle a accompagné des metteurs en scène et chorégraphes sur de nombreux spectacles (Éric Massé, Hervé Dartiguelongue, Johanny Bert, Frédéric Cellé). Elle collabore étroitement avec Richard Brunel. Il l’a invitée sur des projets de théâtre (Les Criminels, Le Silence du Walhalla, La Dispute, Roberto Zucco) et d’opéra (L’Élixir d’amour, Re Orso, Les Noces de Figaro, Dialogues des Carmélites, Le Trouvère, Béatrice et Bénédict).

À LA COMÉDIE DE VALENCE

 

LES CRÉATIONS EXTÉRIEURES